Inde

Un havre de paix pour les ravisseurs internationaux d’enfants

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Table des matières

introduction

Contexte

Un enfant disparaît chaque 8 minutes en Inde , avec plus de 64 000 enfants officiellement porté disparu de 2016 à 2018. Bachpan Bachao Andolan (Save the Childhood Movement), une ONG œuvrant pour les droits de l’enfant, estime que le nombre réel d’enfants disparus est jusqu’à 10 fois plus élevé que les rapports officiels, car la majorité des victimes de la traite ne sont pas incluses dans ces chiffres. 

Dans un examen des performances, TrackChild, le portail national pour les enfants disparus, montre que si 237040 enfants ont disparu en Inde entre 2012 et 2014, 40% des cas n’ont pas été signalés par la police. Les filles sont plus susceptibles de disparaître que les garçons, comme 66% de tous les enfants portés disparus sont des filles âgées de 12 à 18 ans. Des enfants sont portés disparus pour une nombre de raisons y compris la traite, le travail forcé des enfants, les fugueurs et les enlèvements.  L’enlèvement est un crime croissant, avec des enlèvements signalés 15284 en 2011 à 41893 en 2015 .

Comme L’enlèvement parental n’est pas un crime en Inde , ces chiffres n’incluent pas le nombre d’enfants enlevés par les parents ou les membres de la famille. Il y a aussi une grande réticence de la part des forces de l’ordre à enquêter sur les enfants disparus car de tels cas sont rarement résolus. Dans de nombreux cas, les parents pauvres ou sans influence sont licenciés par la police et ne peuvent faire appel à l’aide. Aliénation parentale peut également être un problème grave pour les enfants qui subissent un divorce. Les tribunaux indiens ont tendance à accorder la garde unique aux mères (il y a un préjugé à leur égard en tant que tuteurs principaux), ce qui aliène les enfants de leur père. Il n’y a actuellement aucune étude sur les effets de l’aliénation parentale en Inde – mais c’est une préoccupation croissante avec les taux de divorce ont doublé au cours des 20 dernières années. 

Appel à l'action

Reconnaissez l’enlèvement parental comme un crime. L’Inde ne criminalise pas l’enlèvement parental, donc même si un enfant se voit légalement accorder du temps avec ses deux parents, l’un des parents peut kidnapper l’enfant et s’aliéner l’autre sans conséquences criminelles. Dans de nombreux cas, l’absence d’une telle loi conduit les parents à violer les ordonnances de garde avec peu de conséquences. La seule chose que le parent laissé pour compte peut faire est de déposer une affaire devant le tribunal de la famille qui prend des années à résoudre, privant les enfants de l’amour et des soins des deux parents. 

Faire de la garde partagée l’approche par défaut. Le taux croissant de divorce en Inde augmente le problème de l’aliénation parentale chez les enfants. Ce sont les enfants qui sont les principales victimes des batailles pour la garde. Alors que les tribunaux Karnataka et Delhi ont reconnu la valeur des pratiques parentales partagées – dans la plupart des cas, les tribunaux décident qui reçoit la garde principale. Il est nécessaire d’éduquer les juges et de développer une culture juridique qui ne traite pas les enfants comme des marchandises en cas de divorce. La Cour suprême de l’Inde a récemment déclaré que ‘ un enfant a droit aux deux parents pour garantir le respect des droits de visite, mais la garde partagée n’est pas encore l’approche par défaut. 

Signez la Convention de La Haye. L’Inde est l’un des rares pays à ne pas avoir signé la Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants, car elle estime que la plupart des affaires relevant de la Convention de La Haye ne sont pas des «enlèvements parentaux» mais « vols vers la sécurité »De femmes fuyant des relations abusives. Cela signifie que si votre enfant est enlevé en Inde, il ne peut y avoir d’extradition automatique. Des révisions juridiques récentes font des ordonnances de garde étrangères de simples éléments à prendre en compte dans le cadre d’un examen général de la garde. Malgré la pression internationale, l’Inde n’a pas signé la Convention et il est peu probable qu’elle le fasse dans un proche avenir.

Droit de la famille

Environ 45% de la population est mariée , l’Inde ayant le taux de divorce le plus bas du monde à seulement 1%. Ceci est principalement dû à la dépendance financière des femmes et à la pression de la société pour que les mariages restent intacts. En cas de divorce, les lois actuelles sur la garde se concentrent sur identifier le principal dispensateur de soins afin d’accorder la garde exclusive . Alors que les deux parents ont un droit égal à la garde, les tribunaux ont tendance à favoriser les femmes car elles sont automatiquement considérées comme les principaux dispensateurs de soins – en particulier dans le cas des très jeunes enfants. En 2015, la Commission du droit de l’Inde a énuméré les conditions dans lesquelles les tribunaux devraient garde partagée , ce qui incite davantage de tribunaux à envisager la garde partagée. 

Le droit de la famille (connu sous le nom de droit personnel) relatif au mariage, au divorce et à la garde est réglementé par le gouvernement central mais basé sur lois religieuses de différentes populations . Par exemple, en vertu de la loi musulmane, la mère a la garde exclusive de ses enfants jusqu’à un certain âge, à moins qu’elle ne soit inapte. Selon la loi musulmane, la mère a la garde de son fils jusqu’à l’âge de 7 ans et la garde de sa fille jusqu’à ce qu’elle atteigne la puberté ou soit mariée. Les chrétiens n’ayant pas de lois prescrites, suivent la loi sur le divorce ou la loi spéciale sur les mariages, qui est utilisée pour les mariages entre personnes de toute appartenance religieuse ou non. Celles-ci plusieurs lois pour différents groupes peuvent compliquer davantage les affaires de garde en ce qui concerne les parents de différents groupes religieux.

Enlèvement parental

National

Enlèvement parental va en grande partie sans papiers en Inde car ce n’est pas un crime . Les parents peuvent enlever un enfant parce qu’ils ne sont pas d’accord avec l’ordonnance de garde, craignent de causer du tort à l’enfant, veulent se venger de l’autre parent ou pour un certain nombre d’autres raisons. Le pourcentage élevé de personnes vivant dans la pauvreté empêche beaucoup de faire valoir leurs droits en tant que parents. L’enlèvement par un parent est considéré comme une “ affaire de famille ” et, dans de nombreux cas, n’atteint même pas les tribunaux . La police n’a aucune compétence sur de tels cas car l’enlèvement ou l’enlèvement par un parent n’est pas criminalisé. Ces cas sont enregistrés comme des problèmes de garde et ne peuvent être résolus que par une ordonnance du tribunal. Le grand nombre d’affaires pendantes fait Les tribunaux de la famille presque entièrement inefficaces en retardant la justice. Il permet également aux parents de rejeter facilement les ordonnances du tribunal pour faire ce qu’ils veulent, car ils ne peuvent pas être poursuivis ou détenus par la police.

International

L’Inde est largement reconnue comme un havre de paix pour les ravisseurs internationaux d’enfants. Les cas sont à la hausse en raison du nombre croissant d’Indiens vivant à l’étranger. L’Inde fait partie des dix meilleures nations auquel un enfant kidnappé au Royaume-Uni est emmené et numéro deux sur la liste des nations d’enfants enlevés à tort aux États-Unis. Le Mexique est le principal pays où des enfants des États-Unis sont emmenés – cependant, contrairement à l’Inde, de nombreux enfants enlevés au Mexique sont renvoyés. Dans 70% des cas des enfants enlevés en Inde, c’est la mère qui enlève l’enfant. De 2010 à 2014, 173 cas d’enlèvement parental en Inde ont été enregistrés aux États-Unis – dont seulement 22 cas ont été résolus avec les enfants rentrant chez eux aux États-Unis. L’enlèvement international d’enfants n’est pas un crime selon la loi indienne et aucune législation indienne ne contient de dispositions visant à dissuader les enlèvements internationaux d’enfants. Étant donné que l’Inde n’est pas signataire de la Convention de La Haye, les enfants enlevés en Inde ne peuvent être renvoyés en vertu de la Convention. Les cas d’enlèvement parental sont encore compliqués par le système judiciaire indien, qui a l’un des plus gros arriérés au monde. La résolution des cas peut prendre jusqu’à 10 ans – une durée qui permet à l’enfant de s’installer en Inde et d’aider le parent ravisseur à créer des «faits sur le terrain» qui incitent le tribunal à décider en faveur du maintien de l’enfant en Inde .

Aliénation parentale

L’aliénation parentale peut avoir de graves effets néfastes sur le bien-être émotionnel de l’enfant. Des milliers d’enfants en Inde sont privés de l’amour et de l’affection de l’un de leurs parents. Les pères, en tant que parent non gardien le plus courant, perdent l’accès à leurs enfants. Dans presque tous les cas de divorce, les enfants sont confrontés au problème de l’aliénation d’un parent. cependant, le concept de Le syndrome d’aliénation parentale (PAS) n’a été reconnu par la Cour suprême indienne qu’en 2017.

Les enfants sont souvent obligés de s’adapter à de nouvelles familles après le remariage d’un parent. Dans de nombreux cas, le stigmatisation du divorce oblige les enfants à garder le secret des amis et des voisins et à favoriser la prétention d’être une famille «intacte». Sudha Ramalingam, experte en droit de la famille, estime qu’il existe un «Grave pénurie» de psychologues pour enfants formés dans les tribunaux de la famille en Inde , ce qui rend difficile le traitement des enfants confrontés au syndrome d’aliénation parentale. Certains ne croient pas que la criminalisation de l’aliénation parentale aidera puisque les institutions sociales de l’Inde sont si terribles que les parents emprisonnés pourraient laisser les enfants à la merci de l’État, un sort bien pire que le PAS.  Des ONG comme Child Rights Initiative for Shared Parenting (CRISP) demandent aux tribunaux de reconnaître les problèmes découlant du PAS et demandent que le partage des responsabilités parentales soit considéré comme le scénario par défaut dans les affaires de garde.

La prévention

  • S’il existe une possibilité de divorce, de séparation ou de dissolution d’un partenariat non marital, n’ignorez pas les menaces d’enlèvement faites par votre partenaire. Cela peut indiquer une frustration croissante qui pourrait les motiver à disparaître avec l’enfant.
  • Les enfants doivent apprendre leurs numéros de téléphone et comment composer un téléphone. Assurez-vous qu’ils mémorisent votre numéro de téléphone. Vous pouvez également leur expliquer comment contacter d’autres membres de la famille ou des amis proches.
  • Si un enlèvement parental est probable, conservez une liste détaillée d’informations sur votre ancien partenaire, y compris une description physique, un numéro de passeport, un permis de conduire, des copies de pièces d’identité avec photo et toute autre information pertinente.
  • Ne laissez pas l’enfant sortir du pays en vacances ou pour toute autre raison. Obtenez une ordonnance du tribunal de votre pays pour éviter que cela ne se produise, si possible. Prenez note si l’autre parent a quitté son emploi ou déménage, car cela pourrait indiquer qu’il est susceptible de retirer l’enfant.

Enfant disparu

Découvrir qu’un enfant a disparu est très traumatisant. Il est important de rester calme et de demander l’aide de la famille, des amis et des professionnels appropriés. Le processus d’obtention de votre enfant peut être compliqué, avec de longs efforts de recherche et de récupération qui peuvent échouer. Comme il n’y a pas de loi en Inde contre l’enlèvement parental, vous ne pouvez pas enregistrer votre plainte auprès de la police. Voici ce que vous pouvez faire: 

  1. Approcher les tribunaux
  2. Adressez-vous à un avocat spécialisé en droit de la famille ou en droit de garde. Une liste des avocats anglophones en Inde peut être trouvée ici
  3. Contactez la police si vous pensez que votre enfant est en danger 
  4. Contactez votre ambassade locale si vous ou votre enfant n’êtes pas citoyen indien
  • Approcher les tribunaux
  • Vous pouvez obtenir une ordonnance légale de garde provisoire avec une clause d’arrestation et de résidence incluse.
  • Utilisez un bref d’habeas corpus pour demander la restauration de votre enfant. Ce bref vous aide à vous demander si votre enfant a été illégalement détenu par l’autre parent, portant atteinte à vos droits parentaux et est souvent utilisé pour défendre des cas d’enlèvement parental. Les pétitions Habeas Corpus peuvent déterminer la garde des enfants et sont également utilisées dans les cas où le bien-être de votre enfant est en question.
  • Adressez-vous au tribunal de la famille ou aux comités de protection de l’enfance (CWC) dans les sept jours suivant l’enlèvement et soumettez une preuve attestant que l’enfant est incapable de maintenir un contact direct avec l’un ou l’autre des parents.
  • Adressez-vous à un avocat
  • L’embauche d’un avocat est la réponse la plus efficace aux cas d’enlèvement parental (international ou national), car il sera en mesure de vous conseiller sur les prochaines étapes, les recours juridiques et également définir les attentes. 
  • Pour les cas d’enlèvement international, vous devrez peut-être engager des avocats à la fois dans votre pays de résidence et en Inde. Les entreprises spécialisées dans les cas d’enlèvement parental international auront leurs propres contacts juridiques en Inde, ce qui vous fera gagner du temps et des efforts. 
  • Voici une liste d’avocats en Inde et aux États-Unis qui traitent les affaires d’enlèvement parental:
  • Contactez la police
  • Vous pouvez contacter la police si vous pensez que votre enfant est en danger ou pourrait être blessé physiquement ou maltraité par l’autre parent.
  • Si vous n’avez aucune raison de soupçonner un préjudice, la police ne peut pas faire grand-chose. 
  • Même si votre conjoint a emmené votre enfant en désobéissant à une ordonnance du tribunal, vous devrez vous adresser aux tribunaux pour obtenir justice. 
  • Les ordonnances judiciaires ne sont pas exécutoires par la police locale car elles sont considérées comme des ordonnances «civiles» et l’ingérence en détention n’est pas un crime en Inde.
  • Contactez votre ambassade ou le ministère du Développement de la femme et de l’enfant 
  • Si vous ou votre enfant n’êtes pas citoyen indien, vous pouvez contacter votre ambassade pour déposer une plainte. Votre ambassade peut alors faire pression sur l’appareil gouvernemental indien pour qu’il vous rende votre enfant. 
  • Si votre enfant a été enlevé des États-Unis vers l’Inde, l’ambassade des États-Unis en Inde effectuera un contrôle de l’aide sociale sur l’enfant tous les 6 mois, pendant que l’affaire est pendante devant les tribunaux. Cependant, ces visites ne peuvent être effectuées qu’avec l’autorisation du parent ravisseur. 
  • En cas d’enlèvement international d’enfant par un parent, un comité est formé par le Ministère du développement de la femme et de l’enfant (WCD) pour déterminer l’issue de l’affaire. 
  • Le ministère constitue une agence de facilitation avec des fonctionnaires des ministères de l’Intérieur, des Affaires extérieures, de la Commission nationale pour la protection des droits de l’enfant (CNPCR) et de la CMB. En outre, la Commission nationale pour les femmes procède à une vérification des antécédents en cas de discorde conjugale impliquant des femmes qui ont fui des mariages abusifs à l’étranger. 
  • Secrétaire conjointe Aastha Saxena Khatwani ( aastha.khatwani@nic.in ) et le secrétaire personnel Rajinder P. Singh ( rajinder.singh65@nic.in ) est actuellement responsable des affaires relatives aux enlèvements internationaux d’enfants et peut être contactée ici: 
  • (+91) 011-23388576

Ne vous attendez pas à des résultats en quelques jours, car de tels cas peuvent prendre des mois, voire des années. La gestion de vos attentes vous aidera à mieux gérer le processus dans son ensemble. Voici quelques résultats raisonnables auxquels vous pouvez vous attendre: 

  • Obtenir une confirmation précoce de l’emplacement et du bien-être de votre enfant 
  • Organiser une rencontre avec votre enfant le plus tôt possible
  • Connaître votre situation juridique dans le pays dans lequel vous vivez et en Inde
  • Comprendre les limites et les contraintes qui peuvent affecter le retour de votre enfant 
  • Comprendre les implications financières pour vous et votre famille dans le processus de recherche et de récupération

Si votre enfant est porté disparu, vous pouvez accéder à ces portails pour télécharger des informations sur votre enfant et connaître toute information concernant votre enfant: 

  • TrackChild héberge des informations sur les enfants disparus pour les forces de l’ordre 
  • Khoya-Paya (Lost-Found) une initiative de TrackChild qui permet aux citoyens de publier des informations sur les enfants disparus ou voyants 
  • Childline est la ligne d’assistance nationale pour les enfants. Composez le 1098
  • Bachpan Bachao Andolan dispose également d’une ligne d’assistance pour les enfants: 1800 102 7222

Crédit et contribution

Avertissement légal

Les documents disponibles sur ce site Web sont à titre informatif uniquement et non dans le but de fournir des conseils juridiques. Vous devez contacter votre avocat pour obtenir des conseils sur tout problème ou problème particulier.

Aidez-nous à améliorer cette page!

Avons-nous oublié des données ou des informations importantes? Avez-vous des suggestions pour rendre cette page plus utile? Faites-nous savoir comment!