le Portugal

Une meilleure réponse à l’aliénation parentale est nécessaire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Table des matières

introduction

Contexte

Les chiffres de la police portugaise indiquent qu’environ 1000 enfants disparaissent chaque année au Portugal. Au cours des 13 dernières années, tous les enfants ont été retrouvés et renvoyés chez eux. Malheureusement, il y a encore des enfants portés disparus des années précédentes.

Les données de la hotline 116000 enfants disparus pour l’année 2013, montrent soixante cas d’enfants disparus; Dont 24 ou 40% étaient des cas d’enlèvement parental.

Le Portugal est un petit pays européen mais a des liens profonds avec de grands pays comme le Brésil ou ses anciennes colonies africaines. De nombreux ressortissants portugais sont nés en Afrique et sont retournés au Portugal après l’indépendance des colonies au milieu des années 1970. De nombreux Portugais vivent également dans d’autres pays européens, comme la France et l’Allemagne.

Le fait que les Portugais aient des liens avec tant de pays est une information pertinente concernant les enlèvements d’enfants. Les parents portugais doivent connaître le statut juridique des gouvernements concernant la Convention de La Haye sur l’enlèvement international d’enfants.

Appel à l'action

Le Portugal doit reconnaître l’aliénation parentale comme un problème . Des systèmes judiciaires similaires, tels que le Brésil, ont des lois concernant ce problème. Le Portugal devrait poser un message clair concernant l’aliénation parentale, en déterminant les conséquences et la responsabilité. Les enfants ont besoin de protection en cas de divorce très conflictuel et lorsque l’un des parents éloigne l’enfant de l’autre parent.

La hotline 116 000 n’est pas bien connue des parents. Il doit y avoir un campagne publique de sensibilisation . Les parents doivent comprendre l’importance de tendre la main le plus tôt possible. Les organisations nationales gèrent ce réseau de hotlines pour enfants disparus dans 32 pays d’Europe, offrant aux familles et aux enfants un soutien émotionnel, psychologique, social, juridique et administratif gratuit et immédiat 24h / 24 et 7j / 7.

Droit de la famille

Système juridique portugais favorise la garde partagée quand un couple divorce. Exceptionnellement, lorsque l’enfant est confronté à un risque, comme la violence domestique ou la maltraitance des enfants, le tribunal peut déterminer qu’un parent a la garde légale.

La résidence alternative gagne en popularité au Portugal. Dans ce système, les parents ont la garde conjointe de leurs enfants, mais la résidence est partagée. L’enfant vit à temps partiel au domicile de chaque parent. Le tribunal déterminera combien de temps l’enfant restera dans chaque foyer et examinera si les conditions de logement sont similaires.

Même si l’aliénation parentale est une réalité, le Le système juridique portugais n’a toujours pas mis en œuvre une législation claire pour traiter cette question . Individuellement, les tribunaux ont statué sur les cas d’aliénation parentale, mais le système juridique n’a pas de lois pour faire face à ce problème croissant.

Enlèvement parental

Au Portugal, l’enlèvement parental est considéré comme le fait qu’un enfant est emmené dans un lieu différent de sa résidence habituelle par un parent contre la volonté de l’autre parent. En tant que membre de l’Union européenne, le Portugal a des frontières ouvertes avec l’Espagne, et à partir de là, on peut atteindre n’importe quel pays de l’UE. Le Portugal ayant de nombreux ressortissants travaillant dans d’autres pays de l’Union européenne et des liens historiques avec le Brésil, la plupart des enlèvements internationaux se produisent au Brésil et dans l’UE .

Au Portugal, l’enlèvement parental est criminalisé dans son code pénal. L’article 249 établit que l’éloignement d’un enfant et le non-respect de l’accord juridique sur les responsabilités parentales est un délit. Cela peut conduire à deux ans d’emprisonnement et à une sanction pécuniaire de 240 jours de salaire de base. La loi aussi criminalise l’acte de rendre difficile le contact parental et peut conduire à une décision de justice concernant les conditions de la garde légale et de la responsabilité parentale.

Le Portugal fait partie de la Convention de La Haye sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants. Ce traité oblige les pays à s’engager à travailler ensemble pour résoudre les problèmes d’enfants emmenés ou détenus illégalement dans un autre pays. Le parent laissé pour compte peut demander au gouvernement portugais de soutenir le retour de l’enfant enlevé. Les enfants portugais emmenés illégalement dans un autre pays membre du traité, comme les États-Unis, peuvent également faire l’objet d’une demande de retour.

L’Autorité centrale portugaise (APC) pour la Convention Enlèvement de La Haye est la Direction générale de la réintégration sociale (Direção-Geral de Reinserção e Serviços Prisionais).

Aliénation parentale

La loi portugaise ne traite pas explicitement de l’aliénation parentale, comme le font d’autres pays lusophones comme le Brésil. Même si l’aliénation parentale est un problème au Portugal, la législation en la matière n’est pas spécifique. Cela ne signifie cependant pas qu’un parent qui souffre d’aliénation de son fils ou de sa fille ne peut pas demander l’intervention des tribunaux.

Lorsque l’un des parents indique qu’il y a aliénation parentale, le juge peut demander une évaluation judiciaire. Un spécialiste nommé par le tribunal rencontre les parties concernées et produit un rapport. Le rapport doit couvrir les aspects psychologiques et sociaux de la situation. À ce moment, surtout en cas de maltraitance, le spécialiste nommé par le tribunal peut parler au mineur.

Le Portugal doit encore faire plus pour protéger les enfants de l’aliénation parentale. Lorsque des signes d’aliénation parentale apparaissent, les tribunaux de la famille doivent évaluer rapidement la situation et apporter à la victime – en particulier l’enfant – un soutien psychologique.

La prévention

Certaines mesures peuvent aider à protéger votre enfant contre l’enlèvement parental, en particulier dans les divorces très conflictuels:

  • Le parent devrait demander au tribunal d’inclure une clause dans l’entente de garde selon laquelle les deux parents doivent fournir une autorisation écrite pour voyager à l’étranger avec l’enfant.
  • Si vous êtes toujours marié et que vos responsabilités parentales n’ont pas été révoquées, rappelez-vous que la garde de l’enfant appartient légalement aux deux parents. Alors n’acceptez personne de vous dire que l’enlèvement parental n’est pas un crime et que vous ne pouvez rien faire.
  • Fournissez une copie de la décision du tribunal qui définit les responsabilités parentales envers l’école, les nounous, les membres de la famille et les voisins avec lesquels l’enfant séjourne habituellement.
  • Demandez à l’ambassade ou au consulat du pays de nationalité de l’autre parent de vous indiquer s’ils sont parties à la Convention de La Haye sur les aspects civils des enlèvements internationaux de mineurs et si des mesures préventives sont en place pour empêcher l’enlèvement parental.
  • Si l’enfant a déjà un passeport valide et qu’il y a une crainte d’enlèvement, le parent peut demander au tribunal d’appréhender le p Le renouvellement du passeport ne devrait avoir lieu que si les deux parents signent une autorisation écrite.
  • Si l’enfant n’a pas de passeport, informez-en le Service des frontières et des étrangers ( SEF ) par écrit qu’ils ne doivent pas délivrer de passeport pour cet enfant.
  • Si l’enfant a une autre citoyenneté, informez l’ambassade locale par écrit qu’il ne doit pas délivrer de passeport valide sans la permission des deux parents.
  • Ayez à portée de main une description détaillée de votre enfant, des photos, une copie de tous ses documents, des dossiers médicaux, etc.
  • Informez la police nationale si l’autre parent révèle l’intention d’enlever l’enfant.
  • Préparez toutes les informations de l’autre parent, y compris les documents, l’affiliation, les liens familiaux et les relations à l’étranger.

Enfant disparu

Que faire si votre enfant est porté disparu?

  • Contactez immédiatement la police et déposez une plainte. Demandez à la police nationale d’inclure le nom de votre enfant dans la base de données des enfants disparus.
  • Contactez la hotline 116000 de SOS Missing Children in Portugal. La Commission européenne a adopté 116000 en tant que ligne directe unique de l’UE pour les enfants disparus.
  • Contactez les compagnies aériennes internationales et informez-les du statut de l’enfant et du fait que la police est déjà au courant.
  • Si vous savez dans quel pays votre enfant a été enlevé, contactez immédiatement le Bureau général de la réinsertion sociale ( DGRSP ) pour engager les procédures de la Convention de La Haye.
  • Contactez le Bureau des procureurs publics et demandez leur aide.
  • Contactez les représentants diplomatiques portugais (ou de votre pays d’origine, si vous n’êtes pas portugais) dans le pays où votre enfant pourrait être emmené et demandez leur assistance.
  • Recherchez le statut de la Convention de La Haye sur l’enlèvement d’enfants dans le pays de votre enfant.
  • Préparez toute la documentation et les photos de votre enfant pour une éventuelle diffusion par les entités à la recherche d’enfants disparus. L’Association portugaise pour les enfants disparus et SOS Criança Missing aideront à cette diffusion.

Crédit et contribution

Avertissement légal

Les documents disponibles sur ce site Web sont à titre informatif uniquement et non dans le but de fournir des conseils juridiques. Vous devez contacter votre avocat pour obtenir des conseils sur tout problème ou problème particulier.

Aidez-nous à améliorer cette page!

Avons-nous oublié des données ou des informations importantes? Avez-vous des suggestions pour rendre cette page plus utile? Faites-nous savoir comment!