Dans le monde, près de 20% de toutes les victimes de la traite sont des enfants. Sur les 5 millions d’enfants victimes de la traite, 66% sont des filles

Informations générales sur la ressource:

Langue: Anglais

De quoi s'agit-il?

Sur la base de données recueillies dans 155 pays, il offre la première évaluation mondiale de l’ampleur de la traite des êtres humains et de ce qui est fait pour la combattre. Il comprend: un aperçu des schémas de trafic; les mesures juridiques prises en réponse; et des informations spécifiques à chaque pays sur les cas signalés de traite des personnes, de victimes et de poursuites.

Lors du lancement du rapport à New York, le Directeur exécutif de l’ONUDC, Antonio Maria Costa, a déclaré que «de nombreux gouvernements sont toujours dans le déni. Il a souligné que si le nombre de condamnations pour traite des êtres humains est en augmentation, deux pays sur cinq couverts par le rapport de l’ONUDC n’ont enregistré aucune condamnation.

Selon le rapport, la forme la plus courante de traite des êtres humains (79%) est l’exploitation sexuelle. Les victimes d’exploitation sexuelle sont majoritairement des femmes et des filles. Étonnamment, dans 30% des pays qui ont fourni des informations sur le sexe des trafiquants, les femmes constituent la plus grande proportion des trafiquants. Dans certaines régions du monde, la traite des femmes est la norme.

La deuxième forme la plus courante de traite des êtres humains est le travail forcé (18%), bien qu’il puisse s’agir d’une fausse déclaration car le travail forcé est moins fréquemment détecté et signalé que la traite à des fins d’exploitation sexuelle.

Dans le monde, près de 20% de toutes les victimes de la traite sont des enfants. Cependant, dans certaines parties de l’Afrique et de la région du Mékong, les enfants sont majoritaires (jusqu’à 100% dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest).

Bien que la traite semble impliquer des personnes se déplaçant à travers les continents, la plupart de l’exploitation a lieu près de chez eux. Les données montrent que la traite intra-régionale et domestique sont les principales formes de traite des personnes.

Le Protocole des Nations Unies contre la traite des personnes – le principal accord international dans ce domaine – est entré en vigueur en 2003. Le rapport montre qu’au cours des dernières années, le nombre d’États membres mettant sérieusement en œuvre le protocole a plus que doublé (passant de 54 à 125 sur les 155 États couverts). Cependant, de nombreux pays manquent encore des instruments juridiques ou de la volonté politique nécessaires.

“Ce rapport améliore notre compréhension des marchés d’esclaves modernes, mais il révèle également notre ignorance”, a déclaré M. Costa. “Nous avons une vue d’ensemble, mais elle est impressionniste et manque de profondeur. Nous craignons que le problème ne s’aggrave, mais nous ne pouvons pas le prouver faute de données, et de nombreux gouvernements font obstruction”, a-t-il admis. Le chef de l’ONUDC a donc appelé les gouvernements et les spécialistes des sciences sociales à améliorer la collecte et le partage d’informations sur la traite des êtres humains. “Si nous ne surmontons pas cette crise de la connaissance, nous lutterons contre le problème les yeux bandés”, a-t-il averti.

Dans une table ronde sur «Exposer le déni et la négligence bénigne», M. Costa a appelé les gouvernements, le secteur privé et le grand public à intensifier la lutte contre la traite des personnes. “Il faut faire davantage pour réduire la vulnérabilité des victimes, augmenter les risques pour les trafiquants et réduire la demande de biens et de services des esclaves modernes”, a-t-il déclaré.

Pour sensibiliser le public à la traite des êtres humains et rallier le monde pour la combattre, M. Costa a nommé l’actrice primée aux Oscars Mira Sorvino au poste d’ambassadrice de bonne volonté pour combattre la traite des êtres humains. «Nous savons que l’engagement de Mira envers le sort des victimes de la traite incitera les gens à prendre des mesures contre l’esclavage moderne», a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUDC.

Autres ressources susceptibles de vous intéresser

Liste de contrôle pour les télécommunicateurs de sécurité publique lorsqu’ils répondent aux appels concernant des enfants disparus, enlevés et exploités sexuellement

Les signalements d’enfants disparus, enlevés et / ou exploités sexuellement peuvent être parmi les cas les plus difficiles, les plus difficiles et les plus chargés d’émotion que les télé-communicateurs de sécurité publique et les forces de l’ordre connaîtront. L’attitude et l’approche adoptées pour répondre à ces incidents peuvent déterminer si l’enfant est récupéré rapidement et en toute sécurité ou s’il reste porté disparu et / ou dans un environnement d’exploitation. Chaque étape du dossier, de l’appel initial à la clôture du dossier, constitue donc un élément essentiel d’une réponse approfondie en matière de protection de l’enfance. Étant donné que les télécommunicateurs de sécurité publique sont les premiers intervenants de l’agence et qu’ils ont la responsabilité principale de recevoir, traiter, transmettre et / ou distribuer les appels, la manière dont l’appel initial est géré par le télécommunicateur de sécurité publique constitue le fondement et la direction du la réponse globale aux incidents impliquant des enfants disparus, enlevés et / ou exploités sexuellement.Toutes les agences doivent fournir à ses membres les outils et la formation nécessaires leur permettant d’agir rapidement et de manière décisive face aux informations faisant état de disparitions, d’enlèvements et / ou d’exploitation sexuelle enfants. L’outil le plus important qu’une agence peut fournir est une politique clairement formulée contenant des procédures logiques et les meilleures pratiques que les télécommunications de sécurité publique doivent suivre lors de la réception d’appels relatifs à ces incidents.

En savoir plus "

Rapport d’alerte AMBER 2019

Ce rapport présente des informations sur les alertes AMBER émises dans les 50 États, le district de Columbia, Porto Rico et les îles Vierges américaines du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2019, et saisies par le NCMEC. Bien qu’un cas d’alerte AMBRE puisse être activé dans plusieurs zones, ce rapport organise les alertes en fonction de l’état / du territoire de la première activation. Ce rapport analyse les cas en fonction du type de cas pour lequel l’alerte AMBER a été émise, et non du type de cas au moment de la récupération.

En savoir plus "

Liste de contrôle d’enquête pour les forces de l’ordre lors de l’intervention auprès d’enfants disparus ayant des besoins spéciaux

Cette liste de contrôle vise à améliorer les mesures de réponse prises par les forces de l’ordre pour récupérer en toute sécurité les enfants disparus ayant des besoins spéciaux et doit être utilisée conjointement avec l’addendum sur les enfants disparus ayant des besoins spéciaux et le questionnaire sur les enfants disparus ayant des besoins spéciaux.

En savoir plus "

Enlèvements familiaux: ce que nous avons appris

Un enlèvement familial est défini comme la prise, la rétention ou la dissimulation d’un enfant, âgé de moins de 18 ans, par un parent, une autre personne ayant un lien de parenté avec l’enfant, ou son mandataire, en violation des droits de garde, y compris les droits de visite d’un parent ou d’un tuteur légal. Entre 2008 et 2017, le National Center for Missing & Exploited Children® (NCMEC) a accueilli 16 264 enfants avec 11761 ravisseurs connus impliqués dans des cas d’enlèvements familiaux. Les enfants et les ravisseurs ont été analysés pour les données démographiques et les informations manquantes et de rétablissement. Ce rapport présente également des informations relatives à la durée manquante, ainsi que le temps nécessaire pour obtenir un mandat d’état ou introduire l’enfant au Centre national d’information sur la criminalité (NCIC) .La majorité de ces cas concernaient des enfants qui ont été enlevés par un parent biologique. (89,9%). Les enlèvements familiaux sont plus susceptibles de se produire lorsque les enfants sont plus jeunes et que les enlèvements ont lieu le plus souvent pendant l’été. Les enfants enlevés par des membres de la famille étaient les plus susceptibles d’avoir un âge moyen de 5 ans. Près d’un tiers (32,2%) de ces enfants ont été enlevés pendant les mois d’été (juin, juillet, août). Au cours de la dernière décennie, il y a eu une diminution globale de la durée pendant laquelle l’enfant est séparé de son parent / tuteur gardien lorsqu’il est enlevé par un membre de la famille. mais les durées des deux étaient en baisse. Ce rapport a trouvé des corrélations significatives entre le temps nécessaire pour délivrer un mandat d’État et la durée manquante d’un enfant.

En savoir plus "

Un guide d’application de la loi sur les enlèvements parentaux internationaux

L’enlèvement parental international, que ce soit à la suite d’un parent ou d’une autre personne prenant ou retenant indûment un enfant dans l’intention d’entraver l’exercice légal des droits parentaux, mérite l’attention pleine et en temps opportun des forces de l’ordre. L’enfant (ou les enfants) doit être considéré comme étant en danger, en particulier lorsque la personne qui prend ou retient l’enfant a déjà menacé d’enlever ou de blesser l’enfant ou elle-même, ou est autrement instable. Dans ces cas, la responsabilité de l’application de la loi est beaucoup plus large que le simple fait de récupérer l’enfant. Les agents et les agences qu’ils représentent, qui répondent rapidement, professionnellement et efficacement aux rapports concernant ce que de nombreux termes «enlèvements familiaux» deviennent, en fait, un moyen de protection de l’enfant (Findlay et Lowery, 2011). Ce guide est destiné aux autorités policières locales, étatiques et fédérales qui répondent aux cas d’enlèvement international d’enfants par des parents. Il suggère des méthodes pour empêcher les enlèvements internationaux d’enfants par des membres de la famille; décrit le rôle des forces de l’ordre en tant que premier intervenant et enquêteur; discute des lois, traités et recours juridiques applicables pour le rétablissement et la réunification des enfants; et expose les considérations relatives aux poursuites pénales et à l’extradition des contrevenants.

En savoir plus "