France

peu de données officielles et de sensibilisation du public sur les enfants disparus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print

Table des matières

introduction

Contexte

La réalité de la situation des enfants disparus en France est difficile à appréhender. Les informations sont rares et les statistiques officielles sont difficiles à obtenir.

Selon l’association Droit d’Enfance en charge du service hotline 116000 enfants disparus en France, et citée par des publications en ligne, 51287 mineurs ont été portés disparus en 2019 en France:

49846 rapports d’emballement,
918 rapports classés comme disparitions inquiétantes, et
523 rapports d’enlèvement ou d’appropriation illicite

Les autorités affirment qu’il est difficile de fournir un nombre exact d’enfants disparus, car tous les cas ne sont pas signalés et un enfant peut être porté disparu plusieurs fois, surtout s’il s’agit d’un cas en fuite.

Appel à l'action

Les autorités françaises doivent développer un base de données plus solide et plus transparente sur le nombre de tous les enfants disparus et les circonstances de leur disparition. Ces preuves sont indispensables pour pousser à des changements juridiques.

Les parents, les enfants et l’ensemble de la communauté doivent avoir une meilleure compréhension et une meilleure prise de conscience de la manière de prévenir et de répondre à toutes les formes d’enlèvement d’enfants et d’aliénation parentale. Le système national d’alerte enlèvement et la hotline 116000 ne sont pas bien connus ni utilisés par les parents français.

Droit de la famille

National

Lorsque les parents se séparent, ils peuvent convenir eux-mêmes des conditions de visite et de garde. Si une entente ne peut être conclue, le tribunal de la famille interviendra pour trancher. La garde de l’enfant implique souvent que l’enfant rend visite au parent non gardien les fins de semaine et les vacances scolaires.

L’enlèvement parental est illégal en France et est puni par le code pénal. La loi française dispose que «l’enlèvement parental survient lorsqu’un parent garde son ou ses enfants mineurs avec lui alors qu’ils auraient dû être sous la garde de l’autre parent».

Les situations suivantes sont considérées comme un enlèvement parental, connu sous le nom d’infraction de non-représentation d’enfants:

  • le refus de ramener l’enfant à sa résidence habituelle après le droit de visite,
  • le refus du parent gardien de laisser l’enfant avec le parent non gardien, et
  • le refus de laisser l’enfant avec le parent qui doit héberger l’enfant dans le cadre d’une résidence alternée.

L’enlèvement parental comprend également:

  • déménager avec l’enfant sans le consentement de l’autre parent (s’il a le droit de visite) et sans fournir de nouvelles coordonnées,
  • l’enlèvement au sens strict, lorsqu’un parent emmène son enfant avec lui sans en avoir le droit, alors que ce dernier est à l’école, sous la garde de l’autre parent ou d’autres adultes, tels que des proches.

International

La France a signé la Convention de La Haye en 1993 et l’a ratifiée et mise en œuvre en 1998. Un regard sur les demandes de retour et d’accès de 2015 reçues par la France dans le cadre de la Convention de La Haye révèle que:

46% des demandes reçues par la France en 2015 se sont soldées par un retour volontaire de l’enfant ou une décision judiciaire de retour,
5% des demandes de retour se sont soldées par un accord ou une commande d’accès,
49% des demandes de retour ont été portées devant les tribunaux et la moitié de celles se sont soldées par un retour comparé, et
27% des ordonnances judiciaires ont fait l’objet d’un appel.

Dans l’ensemble, les demandes reçues par la France ont été résolues en 177 jours en moyenne.

Parallèlement à la Convention de La Haye, plusieurs autres accords bilatéraux ou multilatéraux visant à lutter contre le retrait illégal d’enfants de leur lieu de résidence habituelle et à protéger leurs relations personnelles avec l’un de leurs parents ont été ratifié par la France: le règlement européen n ° 2201/2003 dit Bruxelles II bis, la convention de Luxembourg du 20 mai 1980 et les conventions bilatérales.

Si l’État dans lequel l’enfant a été enlevé n’a pas signé de convention, l’Autorité centrale française n’a pas de base conventionnelle pour intervenir. Dans ce cas, il est recommandé de contacter le ministère des Affaires étrangères.

Enlèvement parental

National

Les autorités françaises ne publient pas le nombre d’enlèvements commis par un parent ou un membre de la famille par rapport à un étranger, ni l’endroit où les enfants sont emmenés. Cependant, il est souvent rapporté dans les médias que les enlèvements parentaux sont en augmentation avec quelque 600 cas en 2017.

International

Au niveau européen, Missing Children Europe signale 426 cas en cours et 981 nouveaux cas d’enlèvement parental et 536 cas transfrontaliers à travers l’Europe en 2019. Dans le dernier rapport de La Haye, la France occupe la cinquième place en termes de nombre de demandes de retour ou d’accès à un enfant avec un total de 294 demandes. La France est à la fois une victime d’enlèvement parental international et une destination pour les ravisseurs. 134 d’entre eux étaient des demandes entrantes demandant le retour d’enfants de France vers une quarantaine de pays, tandis que 160 exigeaient le retour d’enfants en France.

On ne publie pas grand-chose sur l’endroit où ces enfants sont emmenés, bien qu’une grande attention des médias ait été accordée au Japon. À l’été 2020, le Français Vincent Fichot et l’Italien Tomasso Perina ont réussi à faire pression sur le Parlement européen pour qu’il adopte une résolution condamnant l’inaction du Japon et exigé le retour de leurs enfants enlevés. Il n’a pas encore eu d’effet tangible sur les politiques ou pratiques japonaises.

Étant donné qu’en France il n’est pas obligatoire pour les deux parents de signer les demandes de passeport pour leur (s) enfant (s), il n’est pas très difficile pour un parent de partir en secret surtout si ce parent a la double nationalité.

Aliénation parentale

En France, un enfant ne peut pas décider d’arrêter de voir un parent. Une décision de justice régit la relation entre les parents et les enfants. Si un enfant refuse de retourner au domicile de l’un de ses parents, l’autre parent peut être poursuivi au pénal pour ne pas avoir représenté l’enfant, même si la police n’est pas très réactive. Le parent aliéné a la possibilité d’engager une procédure pénale.

Ces procédures peuvent être longues et éprouvantes sur le plan psychologique. C’est parce que parfois, des allégations de violence, de viol et d’abus sexuel sont faites. Ces allégations doivent faire l’objet d’une enquête et, si elles sont avérées vraies, elles peuvent entraîner la perte de la garde du parent.

Bien qu’il existe de nombreuses procédures juridiques pour lutter contre l’aliénation parentale. Ce qui manque, ce sont des solutions pragmatiques et efficaces. Les juges se sentent souvent impuissants car ils ne peuvent pas suivre la situation au jour le jour, tandis que le manipulateur continue son travail de sape quotidien puisqu’il a l’enfant sous son contrôle.

La prévention

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez craignez qu’un enfant ne soit enlevé par des membres de votre famille, vous pouvez prendre les mesures préventives suivantes:

  1. Établir les termes de l’autorité parentale -Il est très important qu’un accord soit trouvé pour établir les termes de l’autorité parentale. Si les parents ne parviennent pas à s’entendre, ils doivent solliciter l’appui d’un avocat spécialisé dans la famille et renvoyer l’affaire devant le tribunal de la famille.
  2. Gardez les voies de communication ouvertes avec l’autre parent et désamorcez les conflits. Restez vigilant et soyez attentif à tout changement majeur qui pourrait survenir dans la vie de ce parent, comme changer ses coordonnées, vendre une maison ou quitter un emploi. Vous pouvez également demander aux personnes autour de vous de vous informer d’une telle activité.
  3. Conservez les coordonnées des membres de la famille de ce parent, surtout s’ils vivent à l’étranger
  4. Conservez le (s) passeport (s), les cartes d’identité et les dossiers familiaux de l’enfant en lieu sûr.
  5. Empêchez toute demande de passeport pour votre enfant à votre insu. Ceci est particulièrement important si l’autre parent détient une autre citoyenneté. Vous pouvez le faire en contactant l’ambassade ou le consulat pour les informer que vous vous opposez à toute demande de passeport pour votre enfant sans votre consentement.
  6. Contactez la police en cas de menaces verbales et conservez un registre de ces menaces comme preuve potentielle

Enfant disparu

Si vous craignez que votre enfant ait été ou sera enlevé à l’étranger, ces mesures peuvent être prises:

1.Fichier un ordonnance d’interdiction temporaire (IST)

Cette demande vous permet de vous opposer à la sortie de votre enfant du pays à l’insu de l’autre parent. Celui-ci peut être déposé auprès du juge aux affaires familiales du lieu de résidence de l’enfant et permet à l’enfant d’être inscrit au dossier des personnes recherchées en France et au système d’information Schengen dans 26 pays européens. Il est valable jusqu’à ce que votre enfant ait 18 ans.

2.Fichier opposition au départ du pays (OST)

Cette mesure d’urgence empêche l’autre parent de quitter le pays avec votre enfant sans votre consentement. Il peut être déposé à la préfecture ou sous-préfecture ou auprès de la police ou de la gendarmerie. Il permet également à l’enfant d’être inscrit dans le fichier des personnes recherchées en France et dans le système d’information Schengen dans 26 pays européens. La mesure ne doit être mise en œuvre que si vous êtes certain que l’enfant sera emmené à l’étranger car elle n’est valable que 10 à 15 jours et ne peut être mise en œuvre qu’une seule fois.

Le gouvernement français a publié des informations détaillées et faciles d’accès sur les enlèvements parentaux, offrant une liste complète des mesures que vous pouvez prendre en cas d’enlèvement de votre enfant par l’autre parent ou un membre de la famille.

Si votre enfant est porté disparu, vous pouvez contacter le Centre français de protection de l’enfance (CFPE) – Enfants disparus en répondant au numéro de téléphone 116000 .

Si votre enfant a été enlevé par l’autre parent ou un parent, vous pouvez trouver un liste détaillée des actions à assumer Le ministère de l’Intérieur.

En cas d’éloignement illégal à l’étranger, vous pouvez trouver un liste complète des actions à assumer Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Crédit et contribution

Avertissement légal

Les documents disponibles sur ce site Web sont à titre informatif uniquement et non dans le but de fournir des conseils juridiques. Vous devez contacter votre avocat pour obtenir des conseils sur tout problème ou problème particulier.

Aidez-nous à améliorer cette page!

Avons-nous oublié des données ou des informations importantes? Avez-vous des suggestions pour rendre cette page plus utile? Faites-nous savoir comment!